Réseau échouage

La plupart des pays possédant une façade maritime sont confrontés plus ou moins régulièrement à des échouages de mammifères marins vivants ou morts sur leurs plages. Afin de répondre efficacement à des situations d'urgence (dans le cas d'échouage d'animaux vivants) et de récolter de précieuses données biologiques et écologiques, des réseaux échouages, composés de scientifiques, de bénévoles et de passionnés, se sont développés en de nombreux points du globe.

En France, le Réseau National Echouage est né en 1972, ce qui en fait un des plus anciens au niveau mondial. Il est coordonné au niveau national par le Centre de Recherche sur les Mammifères Marins (C.R.M.M) de la Rochelle, qui rend compte chaque année au ministère de l'écologie, du développement et de l'aménagement durables.

Pour la côte méditerranéenne, le C.R.M.M. a délégué la gestion du réseau régional au G.E.C.E.M. Le Réseau Echouage méditerranéen est composé de 44 bénévoles et s'appuie sur l'aide de 28 agents de l'Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage, ainsi que sur la collaboration active des pompiers, des laboratoires vétérinaires départementaux et de la société d'équarrissage.

L'appartenance au Réseau Echouage est subordonnée à la possession d'une carte verte délivrée par le ministère de l'écologie autorisant son détenteur à intervenir sur les échouages. Cette carte verte ne peut être obtenue qu'après une formation dispensée par le C.R.M.M ou les coordinateurs régionaux.

Toute personne majeure désireuse de devenir membre du réseau échouage méditerranéen peut contacter le G.E.C.E.M à via notre formulaire en ligne.

Que faire si vous trouvez un cétacé échoué ?

Dans tous les cas, veuillez contacter les autorités compétentes :

  • soit un responsable du réseau échouage;
  • soit le CROSS si vous vous trouvez en mer (dans les cas d'un cadavre de cétacé à la dérive ou un animal en perdition), ou les SDIS (pompiers, 18 ou 112) pour un échouage à terre. Toutes les autorités littorales connaissent la marche à suivre et les personnes locales du réseau à prévenir.

Echouages d'animaux morts :

Ne manipulez surtout pas l'animal, même s'il est en bon état, afin d'éviter tout risque de transmission de maladie.

Les cas sont relativement rares, mais la transmission de la brucellose (Brucella ceti, B. pinnipedialis), du rouget (Erysipelothrix rhusiopathiae), de la pseudomalléidose (Burkholdersia (Pseudomonas) pseudomallei), de vibriose, ou de mycose systémique rare (Lacazia loboi) restent des éventualités.

Echouages d'animaux vivants :

  • Ne pas manipuler l'animal pour éviter de le blesser.
  • Ne pas oublier qu'un animal sauvage va chercher à se défendre (morsures, coups...).
  • Eviter les attroupements, l'agitation et le bruit qui stresseraient l'animal.
  • Ne pas tenter une remise à l'eau sans l'aide de correspondants du réseau.

La manipulation des mammifères marins échoués est l'affaire d'une structure compétente, bien au courant des risques sanitaires autant que de l'intérêt scientifique.


Organigramme concernant la gestion des Cétacés échoués en Méditerranée

Organigramme

Coordonnées des bénévoles du réseau échouages à contacter

Coordinateur régional pour la Méditerranée

  • Dr. Frank DHERMAIN, 04-91-26-72-25

Languedoc-Roussillon

  • Pour les Pyrénées-orientales, l'Hérault et l'Aude : Laurent DUPONT (ONCFS), 04-68-53-01-81 / 06-27-02-58-66
  • Pour le Gard : Skander BOUDERBALA, 04-66-51-57-37 / 06-77-00-68-89

PACA

  • Pour les Bouches-du-Rhône : Dr. Frank DHERMAIN, 04-91-26-72-25
  • Pour le Var : Dr. Franck DUPRAZ, 04-98-05-90-91 / 06-14-70-43-19
  • Pour les Alpes-Maritimes : Dr. Véronique VIENET, 06-10-79-66-48

Corse

  • Pour l'ensemble de la Corse : Catherine CESARINI, 06-09-38-81-03

Législation encadrant les échouages en France

Circulaire interministérielle DNP/CFF N°01/01 du 18 octobre 2001

Cette circulaire réaffirme qu'il est « indispensable que chaque cadavre de mammifère marin échoué fasse l'objet d'un examen avant son élimination, de manière à constater l'échouage et collecter les données et les prélèvements nécessaires à l'accomplissement de la mission d'observatoire. »

Rappelons que c'est le Centre de Recherche sur les Mammifères Marins (CRMM) de la Rochelle qui est chargé de cette mission d'observatoire et qui coordonne le Réseau National d'Echouage en France, le GECEM étant le coordinateur régional du RNE en Méditerranée.

La loi 96-1139 du 26 décembre 1996, relative à la collecte et à l’élimination des cadavres d’animaux

Donne obligation aux mairies de faire enlever les cadavres de Cétacés par une société d’équarrissage, gratuitement et ce dans les vingt-quatre heures suivant la découverte de l’animal.

Art. 264. - La collecte et l'élimination des cadavres d'animaux ainsi que celles des viandes et abats saisis à l'abattoir reconnus impropres à la consommation humaine et animale constituent une mission de service public qui relève de la compétence de l'Etat.

Art. 265. - I. - Sous réserve des dispositions de l'article 266, il est interdit d'enfouir, de jeter en quelque lieu que ce soit ou d'incinérer les cadavres d'animaux ou lots de cadavres d'animaux pesant au total plus de 40 kilogrammes. Leur propriétaire ou leur détenteur doit les mettre, en entier et non dépouillés, à la disposition de la personne chargée de l'exécution du service public de l'équarrissage. Toutefois, lorsqu'il est reconnu indispensable par un vétérinaire de pratiquer sur place l'autopsie d'un animal, le propriétaire ou le détenteur du cadavre est tenu de remettre à la personne chargée de l'exécution du service public de l'équarrissage, en un seul lot, toutes les parties de l'animal qui n'ont pas été prélevées à des fins d'analyse.[...]

Art. 267. - Les propriétaires ou détenteurs d'un cadavre d'animal ou d'un lot de cadavres d'animaux pesant au total plus de quarante kilogrammes sont tenus d'avertir dans les plus brefs délais la personne chargée de l'exécution du service public de l'équarrissage d'avoir à procéder à l'enlèvement du ou des cadavres.

Art. 268. - Sous réserve des dispositions de l'article 266, le ou les cadavres d'animaux visés à l'article 267 doivent être enlevés dans un délai de vingt-quatre heures après réception de l'avis du propriétaire ou du détenteur. Si, dans ce délai, il n'a pas été procédé à l'enlèvement, les propriétaires ou détenteurs sont tenus d'en aviser l'autorité administrative. Dans ce cas, ou lorsque le propriétaire de cadavres d'animaux reste inconnu à l'expiration d'un délai de douze heures après leur découverte, il est procédé à l'enlèvement de ces cadavres dans des conditions déterminées par voie réglementaire.

L'arrêté ministériel du 27 juillet 1995, publié au Journal Officiel du 1er octobre 1995, fixe la liste des Mammifères marins protégés sur le territoire national.

Dans son article 1er, cet arrêté stipule : « Sont interdits sur tout le territoire national, y compris la zone économique définie à l'article 1er de la loi du 16 juillet 1976 modifiée susvisée, et en tout temps, la destruction, la mutilation, la capture ou l'enlèvement intentionnels, la naturalisation des mammifères marins d'espèces suivantes ou, qu'ils soient vivants ou morts, leur transport, leur colportage, leur utilisation, leur mise en vente, leur vente ou leur achat : Cétacés, toutes les espèces. »

Dorénavant, seules les personnes habilitées pourront exploiter scientifiquement un Cétacé échoué. La carte verte constitue un agrément indispensable du Ministère de l'Environnement autorisant ces interventions. Ce document mentionne que « Le titulaire de cette carte doit tenir au jour le jour le registre des espèces capturées ou prélevées dans le cadre du présent programme ».

Array